Cancer de la prostate : le TPA n’est pas associé à la démence liée à la maladie d’Alzheimer

  • Robinson D & al.
  • BJU Int
  • 13 janv. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le recours à un traitement par privation androgénique (TPA) n’était pas associé à un risque accru de démence liée à la maladie d’Alzheimer, chez les patients atteints d’un cancer de la prostate.
  • Les patients ayant reçu un traitement par agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines (Gonadotropin-Releasing Hormone, GnRH) ou fait l’objet d’une orchidectomie présentaient un risque plus élevé de démence non liée à la maladie d’Alzheimer.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats pourraient permettre de lever les inquiétudes concernant l’effet du TPA sur la santé cognitive.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 25 967 hommes atteints d’un cancer de la prostate et de 121 018 hommes sans cancer de la prostate.
  • Financement : Conseil de recherche de Suède ; Société suédoise de lutte contre le cancer ; autres.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 4,3 ans.
  • 7 209 patients ont fait l’objet d’une attente vigilante, 6 982 ont reçu un traitement initial par agoniste de la GnRH et 705 ont fait l’objet d’une orchidectomie ; 7 703 hommes ayant initialement fait l’objet d’un traitement à visée curative ou d’une attente vigilante ont ensuite reçu un TPA.
  • Le risque de démence n’était pas statistiquement significatif chez les hommes faisant l’objet d’une attente vigilante (RR : 0,99 ; IC à 95 % : 0,89–1,10) et chez ceux recevant des anti-androgènes (RR : 0,94 ; IC à 95 % : 0,84–1,05), comparativement aux hommes sans cancer de la prostate.
  • Le risque de démence était significativement plus élevé chez les hommes ayant reçu des agonistes de la GnRH (RR : 1,15 ; IC à 95 % : 1,07–1,23) et chez ceux ayant fait l’objet d’une orchidectomie (RR : 1,60 ; IC à 95 % : 1,32–1,93), comparativement aux hommes sans cancer de la prostate.
  • L’analyse des sous-groupes selon le type de démence a révélé que seul le risque de démence non liée à la maladie d’Alzheimer était plus élevé : agonistes de la GnRH : RR de 1,24 (IC à 95 % : 1,14–1,36) ; orchidectomie : RR de 1,79 (IC à 95 % : 1,42–2,25).

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.