Cancer de la prostate : le taux de dépression est supérieur chez les patients recevant une TPA

  • Thomas HR & al.
  • Clin Genitourin Cancer
  • 1 juin 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque de dépression est trois fois supérieur chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate récurrent recevant une thérapie par privation androgénique (TPA) et faisant l’objet d’une prostatectomie radicale (PR) ou d’une radiothérapie (RT), par rapport à une RT seule.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les effets secondaires de la TPA chez les patients atteints d’un cancer à risque faible à intermédiaire pourraient l’emporter sur ses bénéfices.
  • Le dépistage régulier de la dépression chez les patients recevant une TPA peut être utile.

Conception de l’étude

  • Étude de 656 patients provenant du registre de l’adénocarcinome de la prostate exhaustif et multicentrique (Comprehensive, Multicenter, Prostate Adenocarcinoma Registry, COMPARE) ayant présenté une récidive biochimique après le traitement primaire du cancer de la prostate localisé.
  • 124 patients ont été traités par RT uniquement, 269 par PR ± RT, et 263 ont reçu une TPA avec une PR/RT.
  • Financement : Fondation du cancer de la prostate (Prostate Cancer Foundation).

Principaux résultats

  • 44 patients ont présenté une dépression : 3,2 % dans le groupe RT seule, 5,9 % dans le groupe PR ± RT et 9,1 % dans le groupe TPA et PR/RT.
  • Par rapport au groupe RT seule, le taux de dépression était nettement plus élevé pour les patients du groupe TPA et PR/RT (P = 0,031), mais pas ceux du groupe PR ± RT (P = 0,195).
  • Le traitement par TPA + PR/RT a constitué un facteur de risque significatif de dépression (RC : 3,29 ; P = 0,032), par rapport à la RT seule.
  • Le taux de dépression n’était pas statistiquement différent entre les groupes PR ± RT et RT seule (RC : 2,12 ; P = 0,19).

Limites

  • Les informations avant le traitement relatives aux symptômes de dépression des patients n’étaient pas disponibles.