Cancer de la prostate : le GPS sur 17 gènes ne prédit pas une pathologie défavorable dans le cadre de la surveillance active

  • Lin DW & al.
  • J Clin Oncol
  • 4 mars 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le score au test génomique du cancer de la prostate (Genomic Prostate Score, GPS) sur 17 gènes, évalué à partir de la biopsie, était associé de manière significative à une pathologie dévaforable (PD), après une correction pour prendre en compte le grade de Gleason (GG) au moment du diagnostic, mais pas lorsqu’il était corrigé pour prendre en compte à la fois le GG et la densité de l’antigène prostatique spécifique (Prostate-Specific Antigen, PSA).
  • Le GPS n’était pas associé à une réévaluation à la hausse du grade lors des biopsies ultérieures pendant la surveillance active, mais la densité du PSA et des échantillons de biopsie positifs restaient associées de manière significative à une réévaluation à la hausse du grade.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le test GPS prédit une PD chez les patients atteints d’un cancer de la prostate à faible risque traités par chirurgie immédiate.

Protocole de l’étude

  • 432 patients issus de l’étude Canary PASS ont été évalués.
  • Le critère d’évaluation principal était une PD (GG supérieur ou égal à 3) chez les hommes ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale après la surveillance initiale.
  • Financement : Fondation Canary (Canary Foundation) ; Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health) ; autres.

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane de 4,6 ans.
  • 39 % des patients ont fait l’objet d’une réévaluation à la hausse du grade lors d’une biopsie de surveillance.
  • Le délai médian entre le diagnostic et l’intervention chirurgicale était de 2,1 ans.
  • Le GPS a été associé de manière significative à une PD lorsqu’il était corrigé pour prendre en compte le GG au moment du diagnostic (rapport de risque corrigé [RRc]par palier de 5 unités du GPS : 1,18 ; P = 0,030), mais pas lorsqu’il était corrigé pour prendre en compte à la fois la densité du PSA et le GG au moment du diagnostic (RRc : 1,17 ; P = 0,066).
  • Aucune association n’a été observée entre le GPS et la réévaluation à la hausse du grade ultérieure lors de la biopsie (RRc : 0,97 ; P = 0,48).
  • Le log2 pour la densité du PSA (RRc : 1,44 ; P 

Limites

  • Échantillon de petite taille.