Cancer de la prostate : la surveillance active est sûre chez les hommes d’origine ethnique noire

  • Deka R & al.
  • JAMA

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les hommes d’origine ethnique noire atteints d’un cancer de la prostate à faible risque présentent une incidence cumulée à 10 ans de progression de la maladie et de traitement définitif plus élevée que les hommes d’origine ethnique blanche non hispanique, mais ils ne présentent pas d’augmentation des métastases ou de la mortalité spécifique au cancer de la prostate.

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreuses études ont démontré un taux de progression plus élevé chez les hommes d’origine ethnique noire, qui adoptent moins rapidement la surveillance active que les hommes d’origine ethnique blanche.
  • Un suivi à plus long terme est nécessaire.

Méthodologie

  • Une étude a été menée auprès de 2 280 hommes d’origine ethnique noire et de 6 446 hommes d’origine ethnique blanche non hispanique qui avaient reçu un diagnostic de cancer de la prostate à faible risque et qui étaient pris en charge par surveillance active.
  • Financement : département de la Défense des États-Unis (Department of Defense) ; Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 7,6 ans.
  • Les hommes d’origine ethnique noire, comparativement aux hommes d’origine ethnique blanche non hispanique, présentaient un taux plus élevé :
    • d’incidence cumulée à 10 ans de progression de la maladie (59,9 % contre 48,3 % ; P < 0,001) ;
    • d’administration d’un traitement définitif (54,8 % contre 41,4 % ; P < 0,001).
  • Chez les hommes d’origine ethnique noire, comparativement aux hommes d’origine ethnique blanche non hispanique, aucune différence significative n’a été observée concernant :
    • les métastases (1,5 % contre 1,4 % ; P = 0,49) ;
    • la mortalité spécifique au cancer de la prostate (1,1 % contre 1,0 % ; P = 0,82) ;
    • la mortalité toutes causes confondues (22,4 % contre 23,5 % ; P = 0,09).

Limites

  • La méthodologie de l’étude était rétrospective.