Cancer de la prostate : la SBRT et la surveillance active sont associées à une QdV similaire à deux ans

  • Moon DH & et al.
  • Eur Urol
  • 8 mars 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • À deux ans, la radiothérapie stéréotaxique du corps entier (Stereotactic Body Radiation Therapy, SBRT) n’entraîne aucune détérioration de la QdV chez les patients atteints d’un cancer de la prostate localisé, comparativement à la surveillance active (SA).
  • La radiothérapie externe (RTE) fractionnée conventionnelle aggrave la dysfonction sexuelle et l’obstruction/irritation urinaires à 3 mois, ainsi que les symptômes intestinaux à 3 et 24 mois, comparativement à la SA.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données comparant la QdV des patients faisant l’objet d’une SBRT et celle des patients faisant l’objet d’une RTE fractionnée conventionnelle ou d’une SA sont insuffisantes.
  • Des études à plus grande échelle et avec un suivi plus long sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Protocole de l’étude 

  • 680 hommes atteints d’un cancer de la prostate localisé nouvellement diagnostiqué ont fait l’objet d’une SBRT, d’une RTE sans traitement par privation androgénique (TPA) ou d’une SA.
  • Financement : Institut de recherche sur les résultats de santé centrés sur les patients (Patient-Centered Outcomes Research Institute) ; Département américain de la Santé et des Services sociaux (U.S. Department of Health and Human Services).

Principaux résultats

  • Les scores pour l’ensemble des domaines de la QdV étaient similaires chez les patients ayant fait l’objet d’une SBRT ou d’une SA, à tous les points de mesure (3, 12 et 24 mois).
  • Les patients ayant fait l’objet d’une RTE sans TPA, comparativement aux patients ayant fait l’objet d’une SA, ont obtenu des résultats plus défavorables statistiquement significatifs dans les domaines suivants :
    • la dysfonction sexuelle à 3 mois (différence moyenne [DM] : 8,0 ; IC à 95 % : 0,5–15,6) ;
    • l’obstruction et l’irritation urinaires à 3 mois (DM : 10,8 ; IC à 95 % : 7,5–14,2) ;
    • les scores intestinaux à 3 mois (DM : 4,6 ; IC à 95 % : 2,0–7,3) et à 24 mois (DM : 3,2 ; IC à 95 % : 0,2–6,2).

Limites

  • Essai non randomisé.
  • Échantillon de petite taille.