Cancer de la prostate : la RT hypofractionnée est efficace dans la maladie à risque intermédiaire

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
À retenir
  • Un traitement par radiothérapie (RT) moyennement hypofractionnée de 60 Gy en 20 fractions de 3 Gy sur 4 semaines est non inférieur au traitement standard de 78 Gy en 39 fractions de 2 Gy sur 8 semaines dans le cancer de la prostate (CaP) à risque intermédiaire. 
  • Une toxicité tardive similaire/réduite a été observée avec la RT hypofractionnée vs standard.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un suivi médian de 6 ans apporte des données matures. 
  • La RT hypofractionnée est plus confortable pour les patients, et ces données indiquent qu’elle devrait être envisagée dans le CaP à risque intermédiaire. 
  • Ces découvertes ne doivent pas être étendues au CaP et ne peuvent pas être utilisées pour défendre l’adoption de traitements à hypofractionnement extrême.

Conception de l’étude

  • Étude de 1 206 hommes atteints de CaP à risque intermédiaire ayant reçu de manière randomisée une RT hypofractionnée ou standard.
  • Financement : Instituts de recherche en santé du Canada.

Principaux résultats

  • Un échec biochimique et clinique a été observé chez 109 patients du groupe hypofractionné (n = 608) vs 117 patients du groupe standard (n = 598).
  • La survie sans échec biochimique et clinique à 5 ans n’était pas différente parmi les groupes (RR : 0,96 ; P = 0.16).
  • 10 vs 12 décès liés au CaP avec la RT hypofractionnée vs standard.
  • Le taux de toxicité génito-urinaire tardive de grade ≥ 3 était de 2,1 % dans le bras hypofractionné vs 3,0 % dans le bras standard.
  • Une augmentation significative de la toxicité gastro-intestinale tardive de grade ≥ 2 a été observée dans le bras standard (P = 0,006).

Limites

  • Résultats non applicables au groupe à haut risque.