Cancer de la prostate : la radiothérapie ultrahypofractionnée est sûre et efficace à long terme

  • Macias VA & al.
  • BJU Int
  • 15 oct. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude de 5 ans révèle que la radiothérapie ultrahypofractionnée en 8 fractions est sûre et permet d’obtenir un faible taux de rechute chez les patients à risque intermédiaire défavorable/élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données disponibles concernant la radiothérapie ultrahypofractionnée chez des patients à risque intermédiaire défavorable sont limitées.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée auprès de 154 patients atteints d’un cancer de la prostate traités par radiothérapie ultrahypofractionnée (43,8–45,2 Gy en 8 fractions sur 3 semaines).
  • Financement : Service de santé publique de Castille-et-León.

Principaux résultats

  • 73 % des patients ont reçu un traitement par privation androgénique.
  • 92 patients présentaient une maladie à risque intermédiaire défavorable/élevé.
  • La durée de suivi médiane était de 48 mois.
  • Le taux de survie sans maladie biochimique à 5 ans était de 94,3 % dans l’ensemble et de 90 % chez les patients à risque intermédiaire défavorable/élevé.
  • Chez les patients à risque intermédiaire défavorable/élevé, l’incidence cumulée à 5 ans des métastases était de 2,7 %.
  • Le taux cumulé de toxicité urogénitale de grades 2–3 à 5 ans était de 17,8 % et le taux cumulé de toxicité gastro-intestinale de grades 2–3 était de 7,4 %.
  • Un patient a présenté une dysurie tardive de grade 3 ; aucune toxicité de grades 4–5 n’a été rapportée.

Limites

  • Groupe unique.