Cancer de la prostate : la radiothérapie sans TPA ne montre aucun bénéfice en termes de SG

  • Jackson WC & al.
  • J Clin Oncol
  • 12 mai 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé, l’ajout d’un traitement par privation androgénique (TPA) à la radiothérapie externe (RTE) améliore la survie, tandis que l’ajout d’un boost par curiethérapie (CT) à la RTE n’apporte pas de bénéfice.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le TPA devrait être inclus dans le traitement des patients atteints d’une maladie à risque intermédiaire ou élevé, indépendamment des modalités d’administration de la radiothérapie.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse en réseau a été réalisée à partir de 6 essais ayant évalué la RTE avec ou sans TPA (n = 4 663) et de 3 essais ayant évalué la RTE avec ou sans CT (n = 718).
  • Financement : Instituts nationaux américains de santé (National Institutes of Health) ; Fondation de lutte contre le cancer de la prostate (Prostate Cancer Foundation).

Principaux résultats

  • 84 % des patients étaient atteints d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé.
  • L’association du TPA et de la RTE a significativement amélioré la survie globale (SG), par rapport à la RTE seule :
    • rapport de risque (RR) : 0,70 (IC à 95 % : 0,62–0,81).
  • Incidence cumulée estimée à 10 ans de la mortalité globale :
    • 28 % pour la RTE associée au TPA ;
    • 41 % pour la RTE associée au boost par curiethérapie.
  • Par rapport à la RTE (avec ou sans TPA), la curiethérapie associée à la RTE n’a montré aucune différence significative en termes de SG (RR : 0,94 ; IC à 95 % : 0,70–1,27).
  • Dans une méta-analyse en réseau, la RTE associée au TPA a significativement amélioré la SG, par rapport à la RTE associée à la curiethérapie.
    • RR : 0,68 (IC à 95 % : 0,52–0,89).
  • La modélisation bayésienne a montré une probabilité de 88 % de SG supérieure avec la RTE associée au TPA, par rapport à la RTE associée à la curiethérapie.

Limites

  • Seul un petit nombre d’essais portant sur des échantillons de petite taille était inclus.