Cancer de la prostate : la radiothérapie adjuvante peut ne pas convenir avec un score de Gleason de 8–10

  • Heo JE & al.
  • Medicine (Baltimore)
  • 1 oct. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients atteints d’un cancer de la prostate de haut grade qui font l’objet d’une prostatectomie radicale (PR), les patients avec un score de Gleason (SG) de 8–10 et un stade pathologique T2 (pT2) présentent un taux plus élevé de récidive biochimique (RBC) et de mortalité spécifique au cancer, comparativement aux patients avec un SG de 7 et un stade pT3.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les patients présentant des caractéristiques fortement indésirables, les recommandations préconisent d’administrer une radiothérapie adjuvante, indépendamment du SG au moment de la PR.

Protocole de l’étude

  • L’étude a été menée auprès de 1 585 hommes atteints d’un cancer de la prostate, qui ont fait l’objet d’une PR et ont été répartis dans 3 groupes :
    • groupe 1 (SG 3 + 4 et pT3 ; n = 760) ;
    • groupe 2 (SG 4 + 3 et pT3 ; n = 565) ; et
    • groupe 3 (SG 8–10 et pT2 ; n = 260).
  • Financement : Aucun financement externe.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 58 mois.
  • 721 hommes ont présenté une RBC, et 84 décès spécifiques au cancer ont été rapportés.
  • Dans les groupes 1, 2 et 3 :
    • Le taux de survie sans RBC à 10 ans était de 50,9 %, 33,2 % et 28,6 %, respectivement.
    • Le taux de mortalité toutes causes confondues à 15 ans était de 27,2 %, 25,6 % et 50,8 %, respectivement.
    • Le taux de mortalité spécifique au cancer à 15 ans était de 2,1 %, 8,9 % et 42,6 %, respectivement.
  • La survie sans RBC était significativement plus faible dans le groupe 3 que dans le groupe 1 (P 
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la mortalité toutes causes confondues entre les groupes.
  • La survie spécifique au cancer était significativement plus faible dans le groupe 3 que dans les groupes 1 (P = 0,001) et 2 (P = 0,005).

Limites

  • Protocole rétrospectif.