Cancer de la prostate : l’identification des candidats optimaux pour la DGL de rattrapage

  • Fossati N & al.
  • Eur Urol
  • 6 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Environ 25 % des patients atteints d’un cancer de la prostate qui ont fait l’objet d’une dissection des ganglions lymphatiques de rattrapage (DGLR) pour cause de récidive ganglionnaire après un traitement local présentent une récidive clinique précoce (RCp ; 1 an ou moins).
  • Un outil de stratification du risque basé sur les caractéristiques préopératoires peut identifier les candidats optimaux pour une DGLR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cet outil peut aider à éviter la DGLR chez les hommes susceptibles de présenter une progression de la maladie en dépit d’une approche guidée par imagerie, quelle qu’elle soit.

Protocole de l’étude

  • 654 patients atteints d’un cancer de la prostate ont fait l’objet d’une DGLR après avoir présenté une hausse du PSA et une récidive ganglionnaire suite à une prostatectomie radicale.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Le suivi médian était de 30 mois chez les patients sans RCp.
  • 334 patients ont développé une RCp.
  • La probabilité de RCp était de 25 %.
  • Les taux de mortalité à trois ans étaient significativement plus élevés chez les patients ayant une RCp que chez ceux sans RCp (20 % contre 1,4 % ; P 
  • Les facteurs prédictifs significatifs de RCp utilisés pour le modèle étaient :
    • le groupe 5 du grade de Gleason (RR : 2,04 ; P 
    • le délai entre la chirurgie et la hausse du PSA (RR : 0,99 ; P = 0,025) ;
    • l’administration d’une hormonothérapie au moment de la hausse du PSA (RR : 1,47 ; P = 0,0005) ;
    • la captation rétropéritonéale à l’examen de tomographie par émission de positrons/tomodensitométrie (TEP/TDM ; RR : 1,24 ; P = 0,038) ;
    • un nombre de spots positifs supérieur ou égal à 3 à la TEP/TDM (RR : 1,26 ; P = 0,019) ; et
    • le taux de PSA au moment de la DGLR (RR : 1,05 ; P 
  • La discrimination du modèle (indice C de Harrell) était de 0,75 ; l’analyse des courbes de décision a montré un bénéfice net sur le plan clinique plus élevé, par rapport à l’option consistant à traiter tous les patients.

Limites

  • Conception rétrospective.