Cancer de la prostate : l’enzalutamide n’entraîne aucune amélioration des résultats en cas de métastases viscérales

  • Armstrong AJ & al.
  • J Urol
  • 28 déc. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’enzalutamide à un traitement par privation androgénique (TPA) entraîne une amélioration de la survie sans progression (SSP) radiographique chez les patients atteints d’un cancer de la prostate hormonosensible métastatique (CPHSm) qui présentent uniquement des métastases osseuses et chez ceux qui présentent des métastases osseuses et ganglionnaires, mais pas chez ceux qui présentent des métastases viscérales.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats ont des implications au niveau de la pratique clinique auprès des patients présentant ces schémas de propagation métastatique.

Méthodologie

  • Essai ARCHES : 1 146 patients atteints d’un CPHSm ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un TPA en association avec de l’enzalutamide ou avec un placebo.
  • 45 % des patients présentaient uniquement des métastases osseuses, 31 % présentaient des métastases osseuses et ganglionnaires, 13 % présentaient uniquement des métastases ganglionnaires, et 11 % présentaient des métastases viscérales avec ou sans métastases osseuses/ganglionnaires.
  • Financement : Astellas Pharma Inc. ; Pfizer Inc.

Principaux résultats

  • Avec l’association enzalutamide et TPA, une réduction du risque (rapports de risque [RR] ; IC à 95 %) de progression radiographique, comparativement à l’association placebo et TPA, a été observée chez les patients présentant :
    • des métastases osseuses uniquement : 0,33 (0,22–0,49) ;
    • des métastases osseuses et ganglionnaires : 0,31 (0,21–0,47).
  • Aucune amélioration de la SSP radiographique n’a été observée avec l’association enzalutamide et TPA chez les patients présentant des métastases viscérales avec ou sans métastases osseuses/ganglionnaires (RR : 0,94 ; IC à 95 % : 0,51–1,73).
  • Comparativement aux autres sous-groupes et au groupe de traitement, les patients présentant des métastases viscérales qui recevaient l’association enzalutamide et TPA ont présenté une incidence plus élevée :
    • d’événement indésirable entraînant le décès (7,8 %, contre 0,8–3,0 %) ;
    • d’arrêt du traitement lié à la toxicité (17,2 %, contre 3,1–7,1 %).

Limites

  • Il s’agit d’une analyse post-hoc.
  • Les sous-groupes étaient de petite taille.