Cancer de la prostate : l’ASCO approuve les recommandations sur la santé osseuse et les thérapies ciblant les os

  • Saylor PJ & al.
  • J Clin Oncol
  • 28 janv. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) a approuvé les recommandations de 2017 d’Action Cancer Ontario sur la santé osseuse et les thérapies ciblant les os pour les patients atteints d’un cancer de la prostate.
  • L’ASCO a approuvé les quatre recommandations originales.

Recommandations principales

  • Pour les patients atteints d’un cancer de la prostate non métastatique qui présentent un risque élevé de fracture et reçoivent un traitement par privation androgénique : envisager l’administration de dénosumab à la posologie indiquée pour l’ostéoporose, afin de réduire le risque de fracture. 
    • Lorsque le dénosumab est contre-indiqué ou n’est pas disponible, un bisphosphonate peut être utilisé.
  • Chez les patients à risque élevé atteints d’une maladie localisée, les bisphosphonates ne sont pas recommandés pour réduire le risque de première métastase osseuse.
    • Chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) non métastatique, le dénosumab n’est pas recommandé.
  • Pour les patients atteints d’un CPRC métastatique : l’acide zolédronique ou le dénosumab sont recommandés pour prévenir ou retarder les événements squelettiques.
  • Le radium-223 doit être envisagé chez les hommes présentant une maladie symptomatique et des douleurs osseuses, afin de réduire les événements squelettiques symptomatiques et d’améliorer la qualité de vie (QdV) liée à la santé.
    • Les médicaments radiopharmaceutiques ou les bisphosphonates par voie intraveineuse peuvent être envisagés pour le soulagement de la douleur, chez les hommes souffrant de douleurs osseuses.
    • Les données probantes sont insuffisantes pour les recommander dans le cadre de la maladie métastatique sensible à la castration.
  • Pour les patients atteints d’un CPRC métastatique symptomatique : le radium-223 doit être envisagé pour prolonger la survie globale (SG).