Cancer de la prostate hormonosensible : un traitement combiné comprenant un TPA démontre un avantage en termes de SG

  • Wang Y & et al.
  • Front Oncol
  • 20 oct. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate hormonosensible métastatique (CPHSm), un traitement combiné comprenant un traitement par privation androgénique (TPA) démontre un bénéfice de survie, comparativement à un TPA seul.
  • L’association TPA et radiothérapie ou enzalutamide prolonge la survie globale (SG) dans le cadre de la maladie à faible volume.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats peuvent aider les cliniciens à choisir le traitement adapté après une discussion avec les patients.

Méthodologie

  • Une méta-analyse en réseau a été réalisée à partir de 10 essais contrôlés randomisés ayant inclus 11 194 patients atteints d’un CPHSm.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine.

Principaux résultats

  • Comparativement à un TPA en monothérapie, une amélioration significative de la SG (rapports de risque [RR] ; IC à 95 %) a été observée avec les associations suivantes :
    • TPA/abiratérone/prednisolone : 0,64 (0,56–0,73).
    • TPA/apalutamide : 0,67 (0,51–0,89).
    • TPA/docétaxel : 0,78 (0,69–0,88).
    • TPA/enzalutamide : 0,53 (0,37–0,75).
  • L’association TPA et radiothérapie n’a démontré aucune amélioration de la SG, comparativement au TPA en monothérapie (RR : 0,96 ; IC à 95 % : 0,85–1,1), et était inférieure à chacun des traitements systémiques combinés.
  • L’association TPA et enzalutamide a démontré une probabilité plus élevée d’amélioration de la SG (78,58 %).
  • Dans le cadre de la maladie à faible volume, une amélioration significative de la SG a été observée avec les associations suivantes :
    • TPA/enzalutamide : RR de 0,38 (IC à 95 % : 0,21–0,69).
    • TPA/radiothérapie : RR de 0,68 (IC à 95 % : 0,54–0,87).
  • L’association TPA/abiratérone/prednisolone a amélioré de manière significative le délai jusqu’à la progression de la douleur :
    • RR de 0,72 (IC à 95 % : 0,61–0,86).

Limites

  • Comparaisons indirectes.