Cancer de la prostate hormonosensible métastatique : l’ajout d’enzalutamide retarde la progression

  • Armstrong AJ & al.
  • J Clin Oncol
  • 22 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’enzalutamide à un traitement par privation androgénique (TPA) réduit le risque de progression ou de décès de 61 % chez les patients atteints d’un cancer de la prostate hormonosensible métastatique (CPHSm), par rapport au TPA seul.
  • L’association enzalutamide et TPA était bien tolérée. Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ajout d’enzalutamide peut constituer une alternative à l’association abiratérone, prednisone et docétaxel dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III multinational et en double aveugle ARCHES a été mené.
  • 1 150 patients atteints d’un CPHSm ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1 pour recevoir un TPA associé à de l’enzalutamide ou à un placebo.
  • Critère d’évaluation principal : SSP radiographique (délai jusqu’à la progression ou le décès).

Principaux résultats

  • 63,2 % des patients présentaient un haut volume tumoral.
  • Au moment de la date limite de collecte des données, la durée de suivi médiane était de 14,4 mois.
  • L’association enzalutamide et TPA a prolongé de manière significative la SSP radiographique, comparativement à l’association placebo et TPA (médiane : non atteinte, contre 19,0 mois ; rapport de risque [RR] : 0,39 ; P 
  • L’association enzalutamide et TPA a prolongé la SSP dans tous les sous-groupes (sauf pour les patients présentant des métastases des tissus mous uniquement), indépendamment de l’âge, de la région géographique, du score de Gleason, du volume de la maladie ou de l’administration antérieure d’un traitement à base de docétaxel.
  • L’association enzalutamide et TPA a réduit de manière significative le risque de premier événement squelettique symptomatique (RR : 0,52 ; P = 0,0026) et le délai jusqu’à la résistance à la castration (RR : 0,28 ; P 
  • Les taux d’événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 et d’arrêts du traitement liés à la toxicité étaient similaires dans les deux groupes.
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Limites

  • Les données de SG manquaient de maturité.