Cancer de la prostate et syndrome métabolique : première étude prospective d’échantillons de prostatectomie radicale

  • BMC Cancer

  • Par Dawn O'Shea
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
À retenir
  • Le syndrome métabolique (SMet) a été associé à un risque accru de cancer de la prostate (CaP) de stade avancé et de haut grade chez les hommes faisant l’objet d’une prostatectomie radicale (PR).

Principaux résultats

  • L’âge médian et les taux d’antigène prostatique spécifique préopératoires étaient de 66 ans et de 7 ng/ml, respectivement. 
  • L’indice de masse corporelle (IMC) médian était de 26,12 kg/m2 (écart interquartile : 24–29 kg/m2), avec 56 (16 %) patients obèses (IMC ≥ 30 kg/m2) et 87 (25 %) patients souffrant d’un SMet. 
  • Un CaP de stade avancé et une maladie de haut grade ont été observés chez 126 (36 %) et 145 (41,5 %) patients, respectivement. 
  • Le SMet a été associé de manière significative au CaP de stade avancé (51 % contre 31 % ; P = 0,008) et à la maladie de haut grade (54 % contre 37 % ; P = 0,001). 
  • Dans le cadre d’une analyse multivariée, le SMet a constitué un prédicteur indépendant d’un stade pathologique ≥ pT3a ou N1 (RC : 2,227 ; IC à 95 % : 1,273–3,893 ; P = 0,005) et d’un score de Gleason ≥ 4 + 3 (RC : 2,007 ; IC à 95 % : 1,175–3,428 ; P= 0,011).

Conception de l’étude

  • Étude prospective multicentrique menée auprès de 349 hommes consécutifs ayant fait l’objet d’une PR pour un CaP dans 3 établissements en Italie.

Limites

  • Cohorte européenne. 
  • Manque de résultats oncologiques à long terme.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études précédentes sur le lien entre CaP et SMet ont été réalisées sur des biopsies et manquaient de données de confirmation provenant d’échantillons de PR.