Cancer de la prostate avancé : l’abiratérone améliore la SG, mais probablement pas la QdV

  • Sathianathen NJ & al.
  • Cochrane Database Syst Rev

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de l’abiratérone au traitement par privation androgénique (TPA) améliore la survie globale (SG), mais probablement pas la qualité de vie (QdV), chez les patients ayant récemment reçu un diagnostic de cancer de la prostate hormonosensible (CPHS) métastatique.
  • Les patients recevant de l’acétate d’abiratérone présentent un risque plus élevé d’événements indésirables de grade 3 à 5 et d’arrêt du traitement lié à une toxicité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients doivent être informés sur les événements indésirables avant de commencer un traitement par acétate d’abiratérone.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir des essais randomisés STAMPEDE et LATITUDE ayant inclus 2 201 patients atteints d’un CPHS, qui ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’acétate d’abiratérone et un TPA ou un TPA seul.
  • Financement : aucun financement externe.

Principaux résultats

  • L’ajout d’abiratérone au TPA, par rapport au TPA seul, a :
    • significativement amélioré la SG (rapport de risque instantané [RRI] : 0,64 ; IC à 95 % : 0,56–0,73) avec 163 décès de moins pour 1 000 personnes à 5 ans ;
    • entraîné une petite amélioration, mais non cliniquement significative, de la QdV à 12 mois (différence moyenne du score total à l’Évaluation fonctionnelle du traitement du cancer de la prostate [Functional Assessment of Cancer Therapy-Prostate] : 2,90 [IC à 95 % : 0,11–5,60] points) ;
    • augmenté le risque d’événements indésirables de grade 3 à 5 (risque relatif [RR] : 1,34 ; IC à 95 % : 1,22–1,47) ;
    • augmenté le risque d’arrêt du traitement en raison d’événements indésirables (RR : 1,50 ; IC à 95 % : 1,17–1,92) ;
    • probablement amélioré la survie spécifique au cancer de la prostate (RRI : 0,58 ; IC à 95 % : 0,50–0,68).

Limites

  • Certaines limites propres aux études incluses ont réduit la confiance dans les critères d’évaluation secondaires.