Cancer de la prostate à risque intermédiaire : la surveillance active est faisable chez certains patients

  • Carlsson S & et al.
  • J Urol
  • 1 janv. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La surveillance active est faisable chez certains patients atteints d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • D’autres études avec un suivi à long terme sont nécessaires.

Protocole de l’étude

  • 219 hommes atteints d’un cancer de la prostate de groupe de grade 2 ont fait l’objet d’une surveillance active entre 2000 et 2017.
  • Financement : Centre des cancers de la prostate et urologiques Sidney Kimmel (Sidney Kimmel Center for Prostate and Urologic Cancers).

Principaux résultats

  • Le nombre médian d’échantillons positifs était de deux.
  • La longueur totale médiane du cancer lors de la biopsie diagnostique était de 4 mm.
  • La durée de suivi médiane était de 3,1 ans.
  • 64 patients ont reçu un traitement :
    • Prostatectomie radicale (56 %).
    • Radiothérapie (31 %).
    • Hormonothérapie (5 %).
    • Traitement focal (8 %).
  • Le taux de survie sans traitement était de 61 % (IC à 95 % : 52–70 %) à 5 ans, et de 49 % (IC à 95 % : 37–60 %) à 10 ans.
  • Les principaux déclencheurs de traitement incluaient :
    • la préférence du patient (30 %) ;
    • l’augmentation du grade (22 %) ou du volume (23 %) de la biopsie.
  • Parmi les patients ayant fait l’objet d’une prostatectomie radicale, 11 % présentaient une maladie de groupe de grade 3.
  • Trois patients ont rapporté une récidive biochimique après une prostatectomie radicale.
  • Le taux de survie globale (SG) à 10 ans était de 77 % ; le taux de SG à 5 ans était de 97 %.
  • Aucun patient n’a développé de métastases à distance et aucun n’est décédé du cancer de la prostate pendant le suivi.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.