Cancer de la prostate à risque élevé : un traitement non définitif est associé à une moins bonne survie

  • Bagley AF & al.
  • JAMA Netw Open
  • 2 mars 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement non définitif (TND) est associé à une moins bonne survie globale (SG) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate à risque élevé.
  • Le statut d’assurance maladie, l’origine ethnique et les revenus sont des facteurs de risque significatifs du recours à un TND.
  • Les personnes-années de vie perdues (Person-Years of Life Lost, PYLL) sont plus élevées chez les patients sans assurance maladie ou bénéficiaires de Medicaid.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients plus jeunes sans comorbidités significatives doivent être encouragés à recevoir un traitement définitif, indépendamment de tous les autres facteurs.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 72 036 patients (tranche d’âge : 30–70 ans) atteints d’un cancer de la prostate à risque élevé.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 7,3 % des patients ont fait l’objet d’un TND.
  • La durée de suivi médiane était de 54,9 mois.
  • Taux de SG :
    • 91,3 % avec un traitement définitif ;
    • 83,5 % sans traitement ; et
    • 69,8 % avec un traitement systémique uniquement (P 
  • Un TND était associé à une moins bonne SG : rapport de risque (RR) corrigé de 2,40 (P 
  • Probabilité (rapports de cotes [RC]) de recevoir un traitement systémique uniquement ou de ne recevoir aucun traitement :
    • Comparativement aux patients bénéficiaires d’une assurance maladie privée/gestion intégrée des soins de santé, cette probabilité était plus élevée pour les patients :
      • sans assurance maladie : 3,34 et 2,63 (Ppour les deux 
      • bénéficiaires de Medicaid : 2,92 et 1,71 (Ppour les deux 
      • bénéficiaires de Medicare : 1,36 (P 
    • Comparativement aux patients d’origine ethnique blanche, cette probabilité était plus élevée pour les patients :
      • d’origine ethnique noire : 1,93 et 1,46 (Ppour les deux 
      • d’origine ethnique hispanique : 1,36 et 1,36 (Ppour les deux ≤ 0,001).
    • La probabilité était plus élevée chez les patients disposant de revenus plus faibles : 2,44 et 1,70 (Ppour les deux 
  • Chez les patients sans assurance maladie ou bénéficiaires de Medicaid, le nombre de PYLL était 1,83 fois supérieur à celui des patients bénéficiaires d’une assurance maladie privée, entre 2004 et 2014.

Limites

  • Étude observationnelle.