Cancer de la prostate à risque élevé : un TPA adjuvant à long terme associé à une radiothérapie améliore les résultats

  • Jeong JU & et al.
  • PLoS One

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’un traitement par privation androgénique adjuvant à long terme (TPA-A ; 12 mois ou plus) à la radiothérapie permet d’obtenir de bons résultats thérapeutiques chez les patients atteints d’un cancer de la prostate localement avancé à risque élevé/très élevé.
  • Atteindre une valeur du nadir de l’antigène spécifique de la prostate (Prostate-Specific Antigen, PSA) avec l’association radiothérapie et TPA-A est un facteur prédictif significatif des résultats thérapeutiques chez ces patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association radiothérapie et TPA-A à long terme constitue une stratégie thérapeutique efficace chez les patients atteints d’une maladie à risque élevé/très élevé.

Méthodologie

  • 197 patients atteints d’un cancer de la prostate à risque élevé/très élevé ont fait l’objet d’une radiothérapie.
  • Financement : Université nationale de Chonnam.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 72 mois.
  • 81,2 % des patients ont reçu un TPA-A.
  • La durée médiane du TPA-A était de 36 mois (intervalle : 12,4–94,3).
  • À cinq ans :
    • Survie sans échec biochimique (SSEB) : 91,1 %.
    • Survie sans échec clinique (SSEC) : 95,4 %.
    • Survie sans métastase à distance : 96,9 %.
    • Survie spécifique au cancer : 99,5 %.
    • Survie globale (SG) : 89,1 %.
  • L’administration d’un TPA-A était un facteur prédictif indépendant d’une SSEB (P = 0,027) et d’une SG (P < 0,001) favorables.
  • Un nadir du PSA inférieur à 0,001 ng/ml était un facteur pronostique indépendant de la SSEB (P = 0,006) et de la SSEC (P = 0,021).
  • Le TPA était associé de manière indépendante au nadir du PSA (P < 0,001).
  • Une durée plus longue du TPA-A était associée à une SSEB plus élevée (P < 0,001).
  • 18,9 % des patients n’ayant pas reçu un TPA-A ont atteint le nadir du PSA, contre 57,5 % des patients ayant reçu un TPA-A (P < 0,001).

Limites

  • Il s’agissait d’une étude rétrospective.