Cancer de la glotte : la radiothérapie fractionnée modifiée permet d’améliorer le contrôle local

  • Oral Oncol

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie fractionnée modifiée (RTM) est associée à une réduction du nombre d’événements d’échec local, comparativement à la radiochimiothérapie (RCT), chez les patients atteints d’un carcinome de la glotte de stade précoce (T1/T2), d’après une revue systématique et une méta-analyse.
  • Le bénéfice significatif observé dans les tumeurs T1 pourrait ne pas s’appliquer à la maladie de stade T2.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RTM avait déjà démontré certains bénéfices relatifs dans une population générale de patients atteints d’un cancer de la tête et du cou, mais cette étude démontre un bénéfice spécifique dans le cadre du cancer de la glotte.

Principaux résultats

  • La RTM était associée à une réduction du nombre d’événements d’échec local, comparativement à la RCT, dans une analyse de plusieurs essais contrôlés randomisés (ECR ; RR : 0,62 ; P = 0,0009) et études rétrospectives (RR : 0,40 ; P = 0,0003).
  • La RTM hyperfractionnée (RR : 0,65 ; P = 03) et la RTM hypofractionnée (RR : 0,55 ; P = 02) étaient toutes deux associées à une réduction du nombre d’événements d’échec local, comparativement à la RCT.
  • Le bénéfice de la RTM était significatif dans les études comptant plus de 50 % de patients atteints d’une maladie de stade T1 (RR : 0,49 ; P 

Protocole de l’étude

  • 11 études (4 ECR et 7 études rétrospectives à deux groupes, soit un total de 1 762 patients) ont été incluses dans la méta-analyse.
  • Financement : Aucun.

Limites

  • Inclusion d’études rétrospectives.
  • Nombre relativement faible de patients atteints d’une maladie de stade T2.