Cancer de la cavité buccale : le nombre de GL positifs s’avère avoir une valeur pronostique dans une étude indienne

  • Oral Oncol

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude rétrospective suggère que le nombre de ganglions lymphatiques (GL) positifs est associé de manière significative au pronostic dans le cadre du cancer de la cavité buccale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude suggère que le nombre de ganglions positifs devrait être inclus dans le système de classification du Comité mixte américain sur le cancer (American Joint Committee on Cancer, AJCC).

Principaux résultats

  • 32,5 % des patients présentaient une maladie à ganglions positifs.
  • Des ganglions positifs étaient associés à une réduction de la SSM (RR : 1,46 [P = 0,021] pour un ganglion ; RR : 2,01 [P 
  • Des ganglions positifs étaient associés à une réduction de la SG (RR : 3,22 [P = 0,001] pour un ganglion ; RR : 3,88 [P 
  • Le nombre de ganglions positifs s’est avéré plus performant que la huitième édition du système de classification de l’AJCC pour établir le pronostic (critère d’information d’Akaike : 5 016 contre 5 022).
    • La SSM à 5 ans était de 80,2 %, 66,5 %, 64,1 % et 49,8 % pour les stades N0, N1, N2 et N3 selon l’AJCC, respectivement.
    • La SSM à 5 ans était de 80,2 %, 68,5 %, 58,8 % et 49,6 % pour 0 ganglion positif, 1 ganglion positif, 2 ganglions positifs et plus de 2 ganglions positifs, respectivement.

Protocole de l’étude

  • 1 431 patients atteints d’un cancer de la cavité buccale ont été inclus.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective.