Cancer de l’utérus après un cancer du sein : quelques spécificités ?

  • Gynecol Oncol

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une étude menée aux États-Unis indiquent :

  • Une forte augmentation entre 1975 et 1989 des diagnostics de cancer de l’utérus chez les femmes ayant eu un cancer du sein au préalable, suivie d’une inflexion de cette tendance après cette période.
  • Les tumeurs utérines survenant après le développement d’un cancer du sein seraient particulièrement agressives.
  • Les femmes ayant développé un cancer du sein, puis un cancer de l’utérus auraient une moindre espérance de vie que celles qui développent uniquement un cancer de l’utérus.

Pourquoi cette étude a été réalisée ?

Si le cancer du sein est le plus fréquent des cancers chez la femme, le cancer de l’utérus est le plus fréquent des cancers gynécologiques. Plusieurs études épidémiologiques ont montré que les femmes ayant un cancer du sein étaient plus à risque de développer un cancer de l’utérus. L’âge, l’obésité, la prise de certains traitements hormonaux, les mutations du gène BRCA1, sont des facteurs de prédisposition évoqués. 

Méthodologie

Cette étude rétrospective a été menée à partir des données de femmes incluses dans un programme de surveillance épidémiologique réalisé aux États-Unis entre 1973 et 2013.

Principaux résultats

Au total, 237.686 femmes ayant un cancer de l’utérus ont été identifiées au cours de la période évaluée. Parmi elles, 8.235 (3,46%) avaient des antécédents de cancer du sein. Le délai moyen entre le diagnostic de cancer du sein et celui du cancer de l’utérus était de 6,0 ans. Les femmes ayant des antécédents de cancer du sein étaient globalement plus âgées (69,5 ans en moyenne vs 62,8 ans), mariées (51,7% vs 47,9%) par rapport aux autres. 

Le risque relatif de développer un cancer de l’utérus après un cancer du sein était 21,1 fois plus élevé en 1989 par rapport à 1975. Ce risque avait ensuite diminué de 11,1% entre 1989 et 2013, p=0,008.

Celles qui avaient cumulé un cancer du sein et un cancer de l’utérus avaient une survie globale plus faible par rapport aux autres.

Après ajustement, les analyses ont montré que les femmes qui avaient un cancer de l’utérus après un cancer du sein avaient moins de risque de décéder de leur cancer de l’utérus (hazard ratio (HR) 0,675), mais plus de risque de décéder d’un autre type de tumeur (HR ajusté 4,090) et en particulier d’un cancer du sein. 

Les tumeurs utérines survenant après un cancer du sein montreraient des caractéristiques plus agressives que chez les autres femmes.

Principales limitations

Étude rétrospective et population uniquement basée aux États-Unis.