Cancer de l’ovaire : une méta-analyse compare la cytoréduction primaire à la CTNA

  • Bartels HC & al.
  • Gynecol Oncol
  • 23 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé, une chimiothérapie néoadjuvante suivie d’une chirurgie cytoréductrice d’intervalle (CTNA et CCI) est associée à une morbidité et à une mortalité plus faibles, et à un taux de cytoréduction complète plus élevé, comparativement à la chirurgie cytoréductrice primaire (CCP), mais elle n’est associée à aucun bénéfice de survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • La CCP demeure le traitement de référence dans ce contexte.
  • Le recours à la séquence CTNA et CCI peut constituer une alternative acceptable chez certaines patientes présentant des comorbidités, une fragilité élevée et une charge tumorale plus importante.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 17 études incluant 3 759 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé, qui ont fait l’objet d’un traitement par CCP ou CTNA et CCI.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Les patientes du groupe CTNA et CCI, comparativement à celles du groupe CCP, ont obtenu des résultats significativement moins élevés concernant :
    • la durée opératoire (différence moyenne [DM] : -35 minutes ; P = 0,01) ;
    • la perte de sang peropératoire (DM : -382 ml ; P 
    • la durée moyenne du séjour à l’hôpital (DM : -5,0 jours ; P = 0,002).
  • La séquence CTNA et CCI était associée à des résultats significativement plus élevés concernant :
    • le taux de cytoréduction optimale (71,3 % contre 59,8 % ; rapport de cotes [RC] : 1,9 ; P = 0,001) ;
    • le taux de cytoréduction complète (44,4 % contre 28,3 % ; RC : 2,2 ; P = 0,0001).
  • Aucune différence n’a été observée en termes de SG (RC : 1,0 ; P = 0,76).
  • Les patientes du groupe CCP ont présenté des résultats significativement plus élevés concernant :
    • la morbidité de grade supérieur ou égal à 3 selon la classification Clavien-Dindo (21,2 % contre 8,8 % ; P 
    • le taux de mortalité à 30 jours (RC : 6,1 ; P = 0,0008) ;
    • le taux de résection intestinale (23,5 % contre 8,8 % ; RC : 3,2 ; P 

Limites

  • Hétérogénéité entre les études.
  • Absence de données sur la qualité de vie (QdV).