Cancer de l’ovaire récidivant sensible au platine : l’association chimiothérapie et bévacizumab se montre supérieure au traitement de référence

  • Pfisterer J & al.
  • Lancet Oncol
  • 16 avr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire récidivant sensible au platine, l’association carboplatine, doxorubicine liposomale pégylée et bévacizumab a prolongé de manière significative la survie, comparativement à l’association de référence carboplatine, gemcitabine et bévacizumab, dans le cadre de cet essai de phase III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient l’utilisation de l’association carboplatine, doxorubicine liposomale pégylée et bévacizumab comme nouveau schéma thérapeutique de référence chez les patientes atteintes d’une maladie qui répond à un traitement à base de platine et anti-angiogénique.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III multicentrique AGO-OVAR 2.21 a été menée.
  • 682 patientes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire récidivant et sensible au platine ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir l’association carboplatine et bévacizumab avec de la gemcitabine (groupe traitement de référence) ou avec de la doxorubicine liposomale pégylée (groupe doxorubicine).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane pour la survie sans progression (SSP) à la date limite de recueil des données était de 12,4 mois dans le groupe doxorubicine et de 11,3 mois dans le groupe traitement de référence.
  • La SSP médiane était significativement plus longue dans le groupe doxorubicine :
    • 13,3 mois, contre 11,6 mois.
    • Rapport de risque (RR) de 0,81 (P = 0,012).
  • La survie globale (SG) médiane était significativement plus longue dans le groupe doxorubicine :
    • 31,9 mois, contre 27,8 mois.
    • RR de 0,81 (P logarithmique par rangs stratifié = 0,032).
  • L’hypertension et la neutropénie étaient les événements indésirables de grades 3/4 les plus fréquents.
  • Le taux d’événements indésirables graves était de 10 % dans le groupe doxorubicine et de 9 % dans le groupe de référence.
  • Un décès lié au traitement a été rapporté dans le groupe doxorubicine.

Limites

  • Protocole en ouvert.