Cancer de l’ovaire récidivant : l’association bévacizumab et sorafénib n’atteint pas l’objectif

  • Lee J & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 1 août 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association bévacizumab et sorafénib n’a pas atteint le seuil de bénéfice clinique chez des patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire lourdement prétraité.
  • Une activité clinique a été observée chez les patientes naïves de bévacizumab.
  • Un taux plasmatique bas d’interleuikine-8 (IL-8) à l’inclusion était associé à un bénéfice clinique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire récidivant présentent un pronostic défavorable.

Méthodologie

  • Une étude de phase II a été menée auprès de 54 patientes lourdement traitées (41 patientes naïves de bévacizumab et 13 ayant déjà reçu du bévacizumab) atteintes d’un cancer de l’ovaire traité par bévacizumab et sorafénib.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Chez les 35 patientes naïves de bévacizumab évaluables :
    • Le taux de bénéfice clinique global était de 77 %.
    • Une réponse partielle a été observée chez 9 patientes, et une maladie stable (MS) pendant au moins 4 mois chez 18 patientes.
    • Dans l’ensemble, la survie sans progression (SSP) médiane était de 5,5 mois (IC à 95 % : 4,0–6,8).
  • Dans le groupe de patientes ayant déjà reçu du bévacizumab :
    • Aucune réponse n’a été observée.
    • 54 % des patientes ont présenté une MS pendant au moins 4 mois.
    • La SSP médiane était de 4,0 mois (IC à 95 % : 2,0–6,4).
  • Toutes les toxicités de grades 3/4 ont été observées chez des patientes naïves de bévacizumab.
    • Les événements indésirables liés au traitement de grades 3/4 les plus fréquents étaient l’hypertension (31 %) et la thrombose veineuse ou l’embolie pulmonaire (9 %).
  • Un taux d’IL-8 bas à l’inclusion était associé à une SSP d’au moins 4 mois (médiane : 12,88 ng/ml, contre 21,26 ng/ml ; P = 0,031).

Limites

  • Étude à groupe unique menée en ouvert.