Cancer de l’ovaire précoce : la chirurgie avec préservation de la fertilité et la chirurgie radicale permettent d’obtenir des résultats similaires

  • Bogani G & al.
  • Int J Gynaecol Obstet
  • 16 mai 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le cancer de l’ovaire de stade précoce est associé à un pronostic favorable.
  • La chirurgie conservatrice, comparativement à la chirurgie radicale, n’est associée à aucune différence significative au niveau de la survie.
  • La maladie à haut risque est associée à un pronostic moins favorable, quel que soit le type de chirurgie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les jeunes femmes atteintes d’une maladie de stade précoce qui souhaitent préserver leur fertilité peuvent faire l’objet d’une chirurgie conservatrice.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 182 femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire de stade précoce qui ont fait l’objet d’une procédure radicale (n = 148) ou conservatrice (n = 34).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 175 mois.
  • Survie sans maladie (SSM), survie globale (SG) et survie spécifique au cancer à 10 ans, respectivement :
    • Ensemble du groupe : 82,9 %, 87,9 % et 92,8 %.
    • Chirurgie conservatrice : 79,4 %, 94,1 % et 94,1 %.
    • Chirurgie radicale : 83,7 %, 86,4 % et 92,5 %.
  • Les femmes faisant l’objet d’un traitement conservateur, comparativement à un traitement radical, ont obtenu des résultats similaires en termes de SSM (P = 0,783) et de SG (P = 0,334).
  • Dans le cadre d’un appariement selon les scores de propension, aucune différence n’a été observée au niveau de la SSM (P = 0,663) et de la SG (P = 0,542) à 10 ans entre les traitements.
  • Les femmes présentant un risque élevé, comparativement à un risque faible, ont obtenu une SG moins favorable (P = 0,007).
  • Les deux approches étaient associées à une SSM (P = 0,121) et à une SG (P = 0,781) similaires.

Limites

  • Étude monocentrique et rétrospective.