Cancer de l’ovaire : le recours à la CTNA a augmenté malgré l’absence d’un bénéfice de SG évident

  • Matsuo K & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 23 oct. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’administration d’une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) suivie d’une chirurgie de cytoréduction d’intervalle (CCI) a augmenté de manière significative chez les femmes atteintes d’un carcinome ovarien séreux de haut grade (COSHG) de stade III/IV, comparativement à la chirurgie de cytoréduction primaire (CCP).
  • La survie globale (SG) est similaire avec une CTNA et avec une CCP chez les femmes plus âgées, en cas de maladie de stade IV et lorsque la maladie est plus étendue.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats peuvent permettre de personnaliser la stratégie de traitement initial dans cette population de patientes.

Méthodologie

  • 4 360 femmes atteintes d’un COSHG de stade III–IV et ayant fait l’objet d’une CCP ou d’une CTNA-CCI au cours de la période 2010–2016 ont été incluses.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Une augmentation de 31,2 % du recours à la CTNA a été rapportée au cours de la période de l’étude (Ptendance 
  • Les augmentations relatives du recours à la CTNA étaient significatives pour :
    • les femmes plus âgées : 48,4 % (Ptendance 
    • la maladie de stade IV : 35,2 % (Ptendance 
    • la maladie de stade III : 25,0 % (Ptendance = 0,014).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la survie globale (rapports de risque [RR]) entre les groupes CTNA et CCP pour :
    • les femmes plus âgées : 1,07 (P = 0,284) ;
    • la maladie de stade IV : 0,96 (P = 0,564) ;
    • la maladie plus étendue : 1,06 (P = 0,640).
  • Le recours à la CTNA était associé (RR de sous-distribution) à un risque plus faible de mortalité liée à d’autres causes, comparativement à la CCP, pour :
    • les femmes plus âgées : 0,61 (P = 0,025) ;
    • la maladie de stade IV : 0,49 (P = 0,021).
  • La CTNA était associée à une SG plus faible, comparativement à la CCP (RR), pour :
    • les patientes plus jeunes : 1,22 (P = 0,004) ;
    • la maladie de stade III : 1,26 (P 
    • les cas impliquant une maladie faiblement étendue : 1,38 (P 

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.