Cancer de l’ovaire : la chimiothérapie par voie intrapéritonéale s’avère inefficace dans un essai définitif

  • Walker JL & al.
  • J Clin Oncol
  • 19 avr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un carcinome de l’ovaire avancé nouvellement diagnostiqué, l’administration de la chimiothérapie par voie intrapéritonéale (IP), par rapport à l’administration de la chimiothérapie par voie intraveineuse (IV), échoue a améliorer la survie et augmente la toxicité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cet essai définitif suggère que le traitement par voie IP n’a plus sa place.

Protocole de l’étude

  • L’étude 252 du Groupe d’oncologie gynécologique (GOG-252), de phase III et à 3 groupes, a été menée.
  • 1 560 patientes atteintes d’un carcinome de l’ovaire avancé nouvellement diagnostiqué ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir du paclitaxel par voie IV, associé à du carboplatine par voie IV, à du carboplatine par voie IP ou à l’association cisplatine/paclitaxel par voie IP.
  • Toutes les patientes ont reçu du bévacizumab.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 84,8 mois. 
  • Comparativement au groupe carboplatine IV, aucune différence significative n’a été identifiée au niveau de la SSP médiane dans les groupes carboplatine IP (24,9 contre 27,4 mois ; RR : 0,925 ; IC à 95 % : 0,802–1,07) ou cisplatine IP (contre 26,2 mois ; RR : 0,977 ; IC à 95 % : 0,847–1,13).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SSP médiane entre les patientes de stade II/III présentant une maladie résiduelle de 1 cm ou moins et les patientes de stade II/III sans maladie résiduelle.
  • La SG médiane était similaire dans les groupes carboplatine IV et carboplatine IP (RR : 0,949 ; IC à 95 % : 0,799–1,128), ainsi que dans le groupe cisplatine IP (RR : 1,05 ; IC à 95 % : 0,884–1,24).
  • Les infections de grade supérieur ou égal à 3 étaient plus fréquentes (P = 0,008) dans les groupes IP.
  • Les taux d’hypertension (P 

Limites

  • Protocole en ouvert.