Cancer de l’ovaire : l’association d’apatinib et d’étoposide démontre un bénéfice dans l’étude chinoise AEROC

  • Lan C & et al.
  • Lancet Oncol
  • 3 août 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’apatinib en association avec de l’étoposide oral a démontré une efficacité prometteuse et des toxicités gérables chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire résistant ou réfractaire au platine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à évaluer un traitement par association d’un inhibiteur de la tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance endothéliale vasculaire et d’étoposide oral dans le cadre du cancer de l’ovaire. 
  • Cette association pourrait potentiellement être administrée à domicile.
  • Ces résultats encourageants justifient la conduite d’un essai de phase III.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase II AEROC : 35 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire résistant ou réfractaire au platine ont reçu de l’apatinib une fois par jour en administration continue et de l’étoposide oral une fois par jour pendant les jours 1–14 d’un cycle de 21 jours.
  • Critère d’évaluation principal : réponse objective.
  • Critères d’évaluation secondaires : SSP, durée de la réponse, proportion de contrôle de la maladie et sécurité d’emploi.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Au moment de la date limite de collecte des données, la durée médiane de suivi était de 4,5 mois.
  • 57 % des patientes ont arrêté le traitement.
  • Le taux de réponse objective était de 54 % (IC à 95 % : 36,6–71,2 % ; toutes des réponses partielles).
  • 31 % des patientes ont obtenu une maladie stable ; le taux de contrôle de la maladie était de 86 % (IC à 95 % : 69,7–95,2 %).
  • La durée médiane de la réponse était de 7,4 mois, et la SSP était de 8,1 mois (IC à 95 % : 2,8–13,4).
  • Les événements indésirables de grades 3–4 les plus fréquents étaient la neutropénie (50 %), la fatigue (32 %), l’anémie (29 %) et la mucite (24 %).
  • Deux patientes ont présenté des événements indésirables graves.
  • Aucun décès lié au traitement n’a été rapporté.

Limites

  • Étude à bras unique.