Cancer de l’ovaire : l’ajout de trébananib ne permet pas de retarder la progression en phase III

  • Vergote I & al.
  • Lancet Oncol
  • 7 mai 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire de stade avancé faisant l’objet d’une chirurgie de réduction tumorale, l’ajout de trébananib au traitement de première intention par paclitaxel et carboplatine suivi du traitement d’entretien par trébananib était bien toléré, mais n’a pas amélioré la SSP.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le trébananib a montré des résultats prometteurs dans le cadre du cancer de l’ovaire récidivant.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III multicentrique, internationale et à double aveugle TRINOVA-3 a été menée auprès de 1 015 patientes non sélectionnées atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire, du péritoine primitif ou des trompes de Fallope de stade III-IV selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (International Federation of Gynecology and Obstetrics).
  • Les patientes étaient affectées de manière aléatoire à l’ajout de trébananib ou d’un placebo en complément de l’association paclitaxel et carboplatine, suivi d’un traitement d’entretien par trébananib ou un placebo.
  • Financement : Amgen.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 27,4 mois.
  • La SSP médiane n’était pas significativement différente entre les groupes trébananib et placebo au sein de :
    • la population globale (15,9 contre 15,0 mois ; RRI : 0,93 ; P = 0,36) ;
    • la population per protocole (n = 591 ; RRI : 0,95 ; P = 0,54).
  • Le taux d’événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 était de 76 % dans le groupe trébananib et de 71 % dans le groupe placebo ; les plus fréquents étaient la neutropénie (35 % contre 38 %), l’anémie (11 % contre 12 %) et la leucopénie (12 % contre 10 %).
  • Le taux d’événements indésirables graves était plus élevé dans le groupe trébananib (40 % contre 31 %).
  • 3 % des patients du groupe trébananib et moins de 1 % de ceux du groupe placebo ont subi un événement indésirable lié au traitement mortel.

Limites

  • Des difficultés de recrutement ont entraîné une réduction de la taille de l’échantillon prévue pour l’étude.