Cancer de l’ovaire : l’ajout de BVZ améliore la SSP, quel que soit le statut de la maladie résiduelle

  • González Martín A & al.
  • Gynecol Oncol
  • 15 nov. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de bévacizumab (BVZ) à la chimiothérapie de première intention a permis d’améliorer la SSP chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire de stade III à IV, quel que soit le statut de la maladie résiduelle.
  • Le BVZ a permis d’améliorer la SG chez les patientes à risque élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que l’ajout de BVZ pourrait permettre d’améliorer davantage la SSP chez les patientes présentant une maladie résiduelle après une résection complète.

Protocole de l’étude

  • Dans l’essai de phase III ICON7, 1 528 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire de stade IIB à IV ou de stades I à IIA à risque élevé ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir 6 cycles d’un traitement par carboplatine et paclitaxel, seul ou associé à du BVZ, suivi de 12 cycles de BVZ seul.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche Ltd.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 28 mois pour la SSP et de 49 mois pour la SG.
  • L’ajout de BVZ a permis d’améliorer la SSP dans les sous-groupes suivants :
    • Stade III : RR de 0,85 ; IC à 95 % de 0,73–0,99.
    • Stade IV : RR de 0,70 ; IC à 95 % de 0,52–0,95.
    • Stade IIIB à IV sans maladie visible : RR de 0,77 ; IC à 95 % de 0,59–0,99.
    • Stade IIIB à IV avec maladie résiduelle visible : RR de 0,81 ; IC à 95 % de 0,69–0,95.
  • Le BVZ n’a apporté aucune amélioration de la SSP dans le cas d’une maladie de stade I/II.
  • Le BVZ a permis d’améliorer de manière significative la SG chez les patientes à risque élevé (RR : 0,78 ; IC à 95 % : 0,63–0,97), mais pas dans la population en intention de traiter ni dans les autres sous-groupes.
  • Les résultats de sécurité d’emploi observés dans les sous-groupes analysés étaient cohérents avec ceux observés dans la population globale.

Limites

  • Analyse post hoc.