Cancer de l’ovaire : l’administration hebdomadaire de paclitaxel à dose dense échoue dans le cadre d’une étude européenne de phase III

  • Clamp AR & et al.
  • Lancet
  • 29 nov. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une chimiothérapie hebdomadaire à dose dense de paclitaxel est faisable, mais ne prolonge pas la survie sans progression (SSP), chez des patientes principalement européennes atteintes d’un cancer de l’ovaire, comparativement à une chimiothérapie administrée toutes les trois semaines.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’essai japonais JGOG3016 a montré que l’administration d’un traitement à dose dense à base de paclitaxel une fois par semaine et de carboplatine toutes les trois semaines était associée à un avantage de survie significatif.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III ICON8 portait sur 1 566 femmes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire nouvellement diagnostiqué de stades IC–IV selon les critères de la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique.
  • Les patientes ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir l’association carboplatine-paclitaxel toutes les trois semaines (groupe 1), du carboplatine toutes les trois semaines et une dose dense de paclitaxel une fois par semaine (groupe 2), ou du carboplatine une fois par semaine et une dose dense de paclitaxel une fois par semaine (groupe 3).
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Conseil pour la recherche médicale du Royaume-Uni (Medical Research Council) ; autres.

Principaux résultats

  • Comparativement à l’association carboplatine-paclitaxel toutes les 3 semaines, la dose totale médiane de paclitaxel était plus élevée dans les groupes à dose dense hebdomadaire (1 010 mg/m2 contre 1 233 et 1 274 mg/m2).
  • 65 % des patientes ont présenté une progression de la maladie.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP médiane entre le groupe 1 et le groupe 2 (17,7 mois contre 20,8 mois ; P = 0,35) ou le groupe 3 (21,0 mois ; P = 0,51).
  • Le taux d’événements indésirables de grades 3–4 était plus élevé dans les groupes 2 et 3, comparativement au groupe 1 (62 % et 53 %, contre 42 %).
    • La neutropénie non compliquée contribuait fortement à un taux de toxicités de grades 3-4 plus élevé (35 % et 30 %, contre 15 %).
  • L’incidence de neutropénie fébrile et de neuropathie sensorielle était similaire entre les groupes.

Limites

  • Protocole en ouvert.