Cancer de l’ovaire et CPP : les modifications des doses de CTA sont associées à une moins bonne SSP et à une moins bonne SG

  • Olawaiye AB & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 19 août 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 31 % des patientes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire (CEO) et d’un carcinome péritonéal primitif (CPP) avancés qui ont reçu une chimiothérapie adjuvante (CTA) après une chirurgie cytoréductive ont nécessité une modification posologique.
  • Une modification posologique était associée à un risque plus élevé de progression de la maladie et de décès.
  • L’utilisation de facteurs de croissance était plus fréquente chez les patientes nécessitant une modification posologique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent l’importance de terminer le schéma de chimiothérapie prévu en temps opportun, si possible avec la dose prescrite.
  • L’utilisation de facteurs de croissance, tels qu’un facteur de stimulation des colonies de granulocytes (Granulocyte Colony-Stimulating Factor, G-CSF), avant la modification posologique peut être une approche à privilégier.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 738 patientes atteintes d’un CEO et d’un CPP de stades III et IV, issues de l’étude GOG-182, qui ont fait l’objet d’une chirurgie cytoréductive suivie d’une CTA (8 cycles de carboplatine et de paclitaxel).
  • Résultat : SG, SSP.
  • Financement : Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • 31 % des patientes ont nécessité une modification posologique.
  • L’utilisation d’un G-CSF était plus fréquente chez les patientes nécessitant une modification posologique, comparativement à celles ne nécessitant pas de modification (40,2 % contre 24,2 % ; RC : 3,63 ; P = 0,001).
  • Les patientes nécessitant une modification posologique présentaient un risque significativement plus élevé de :
    • progression (SSP médiane de 9,92 contre 17,55 mois ; RRa : 1,43 ; P 
    • mortalité (SG médiane de 28,7 contre 48,0 mois ; RRa : 1,26 ; P = 0,021).

Limites

  • Étude rétrospective.