Cancer de l’ovaire BRCA+ : une chimiosensibilité subsiste chez les patientes lourdement prétraitées, selon une étude espagnole

  • Rodriguez-Freixinos V & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 12 déc. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes lourdement prétraitées atteintes d’un cancer de l’ovaire avec mutation du gène BRCA1/2 ont démontré une sensibilité à la chimiothérapie (CT), même en cas de résistance au platine.
  • Un intervalle sans platine (ISP) primaire supérieur à 12 mois, une CT à base de platine (CT-platine) et les inhibiteurs de la PARP (iPARP) étaient associés à un meilleur pronostic.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un statut de résistance au platine basé sur un seuil inférieur à six mois pour l’ISP ne doit pas empêcher ces patientes de faire l’objet d’un traitement à base de platine.

Protocole de l’étude

  • 135 patientes lourdement prétraitées et atteintes d’un cancer de l’ovaire BRCA1/2+ ont fait l’objet d’une CT.
  • Les patientes ont été classées selon l’ISP après la dernière CT-platine (résistance au platine : ISP inférieur à six mois ; sensibilité au platine : ISP supérieur ou égal à six mois).
  • Nombre médian de lignes de CT : 2.
  • Financement : Institut d’oncologie du Vall d’Hebron.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 5,8 ans.
  • Le taux de SG à six ans était similaire entre les patientes porteuses d’une mutation BRCA1 et BRCA2 (P = 0,98).
  • Le délai médian jusqu’à la progression (Time to Progression, TTP) après le traitement de deuxième intention était de 10,2 mois (IC à 95 % : 8,4–11,9) dans l’ensemble, et de 6,1 mois (IC à 95 % : 4,5–7,7) chez les patientes résistantes au platine.
  • Comparativement à une CT sans platine (4,9 mois), une CT-platine associée à des iPARP, une CT-platine ou des iPARP ont entraîné une amélioration significative du TTP (17,1, 12,6 et 12,4 mois, respectivement ; Ppour tous 
  • Chez les patientes résistantes au platine, aucune différence statistique n’a été observée au niveau du TTP entre les différents traitements.
  • Un ISP supérieur à 12 mois (RR : 0,32 ; P = 0,01), une CT-platine (RR : 0,3 ; P 

Limites

  • Conception rétrospective.