Cancer de l’ovaire avancé : le traitement d’entretien par pazopanib essuie un échec dans un essai de phase III

  • Vergote I & et al
  • Gynecol Oncol
  • 10 sept. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement d’entretien par pazopanib n’a pas permis de prolonger la survie dans un essai de phase III incluant des patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé nouvellement diagnostiqué.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’analyse primaire a démontré un bénéfice de SSP avec le traitement d’entretien par pazopanib.

Protocole de l’étude

  • L’analyse finale de la SG de l’étude AGO-OVAR16 de phase III, ayant inclus 940 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire de stade II-IV (selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique, FIGO) nouvellement diagnostiqué, a été effectuée.
  • Les participantes ont été affectées de manière aléatoire au traitement d’entretien par pazopanib (n = 472) ou à un placebo (n = 468), pendant une durée maximale de 24 mois après le traitement primaire.
  • Financement : GlaxoSmithKline ; Novartis.

Principaux résultats

  • 89,7 % des 551 événements prévus sont survenus.
  • La SG était similaire avec le pazopanib et le placebo (59,1 mois, contre 64,0 mois ; RR : 0,960 ; P = 0,6431) :
    • patients d’origine ethnique asiatique (hors Asie de l’Est) : rapport de risque [RR] : 0,896 (P = 0,2616) ;
    • patients d’origine ethnique asiatique (Asie de l’Est) : RR : 1,332 (P = 0,1916).
  • Dans le groupe pazopanib, un plus petit nombre ≥de patientes a reçu au moins 1 traitement anticancéreux (65 % contre 72 %) et une chimiothérapie (62 % contre 70 %) ultérieurs.
  • Le délai médian jusqu’au traitement ultérieur ou jusqu’au décès était significativement plus long avec le pazopanib qu’avec le placebo (19,0 mois contre 14,5 mois ; RR : 0,829 ; P = 0,0135).
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté.

Limites

  • L’étude a été interrompue pour cause de futilité.