Cancer de l’ovaire avancé : la CTNA aggrave l’anémie, par rapport à la CRTP

  • O'Shea A et al.
  • Gynecol Oncol
  • 15 mai 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé recevant une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) sont plus susceptibles d’être anémiques et de recevoir des transfusions sanguines périopératoires que celles faisant l’objet de chirurgie de réduction tumorale primaire (CRTP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens peuvent intervenir pour améliorer les taux de Hb pendant les visites de chimiothérapie.

Conception de l’étude

  • 131 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire épithélial de stade FIGO (Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique) IIIB–IVB ont fait l’objet d’une CTNA avant une chirurgie ou une CRTP. 
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • Lors du diagnostic, le taux moyen de Hb était de 11,8 g/dl dans le groupe CTNA et de 12,8 g/dl dans le groupe CRTP.
  • Dans le groupe CTNA, les taux de Hb ont diminué de 1,12 g/dl, par rapport à l’entrée dans l’étude (P 
  • La CTNA a été associée à un taux d’anémie préopératoire nettement supérieur, par rapport à la cohorte CRTP (77 % contre 17 % ; P 
  • La perte de sang moyenne estimée était supérieure chez les patientes ayant fait l’objet d’une CRTP, par rapport à celles ayant reçu une CTNA (871 contre 539 ml ; P 
  • Les patientes du groupe CTNA ont reçu des taux nettement plus élevés de transfusion de sang allogène périopératoire (77 % contre 51 % ; P = 0,008).
  • Après un ajustement lié au stade final, à la cytoréduction optimale et à l’âge, la survie était similaire entre les deux groupes (P = 0,054).

Limites

  • Conception rétrospective.