Cancer de l’oropharynx : le statut du VPH prédit la survie après une radiothérapie incomplète

  • Alfaraj F & al.
  • Oral Oncol
  • 11 sept. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats de survie des patients atteints d’un cancer de l’oropharynx et n’ayant pas terminé la radiothérapie (RT) curative prévue sont associés au statut du virus du papillome humain (VPH) et à la dose de rayonnement.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RT constitue le traitement de référence pour ces patients, mais peu d’études ont examiné les résultats des patients qui ne terminent pas le traitement.

Principaux résultats

  • La SG à 3 ans était de 74 % chez les patients positifs au VPH et de 13 % chez les patients négatifs au VPH (rapport de risque [RR] : 12,5 ; P 
  • Chez les patients positifs au VPH, une dose biologique efficace [DBE10] de RT 10 supérieure ou égale à 55 Gy était associée à une meilleure SG, par rapport à une DBE10 inférieure à 55 Gy (94 % contre 47 % ; P = 0,002).
  • Chez les patients négatifs au VPH, la dose de RT n’était pas significativement associée à la SG (12 % pour une DBE10 supérieure ou égale à 55 Gy, contre 13 % pour une DBE10 inférieure à 55 Gy ; P > 0,05).
  • Les raisons pour lesquelles les patients ne sont pas allés au terme de la RT comprenaient les effets indésirables de la RT (35 %), la décision du patient pour cause de non-observance ou de refus de traitement (33 %), la progression de la maladie ou la présence de métastases distantes (5 %), et une maladie intercurrente nécessitant une intervention médicale d’urgence (11 %).

Protocole de l’étude

  • 64 patients atteints d’un cancer de l’oropharynx n’ayant pas terminé la RT curative (45 % positifs au VPH, 37 % négatifs au VPH, 17 % au statut VPH inconnu) ont fait l’objet d’une analyse afin de déterminer les résultats et les facteurs associés.
  • Financement : Fondation contre le cancer de la princesse Margaret (Princess Margaret Cancer Foundation) ; Fondation Bartley-Smith/Wharton de l’Hôpital de la princesse Margaret (Bartley-Smith/Wharton Foundation at the Princess Margaret Hospital).

Limites

  • Étude rétrospective.
  • Dose délivrée et fractionnement non uniformes.
  • Échantillon de patients de petite taille.