Cancer de l’oropharynx : la radiothérapie adjuvante est suffisante dans le cas d’une maladie à risque intermédiaire

  • Goel AN & al.
  • Head Neck
  • 20 mai 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiochimiothérapie adjuvante (RCTa) est associée à une survie similaire à la radiothérapie adjuvante (RTa), chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde oropharyngé (CEOP) à risque intermédiaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RCTa est fréquemment utilisée, mais son avantage potentiel n’était pas évident pour cette population.

Principaux résultats

  • Le recours à la RCTa était associé à une maladie de stade N2/N3 (RC : 2,88 ; P 
  • Le recours à la RCTa était inversement associé à un âge supérieur ou égal à 71 ans (RC : 0,36 ; P 
  • La RCTa et la RTa étaient associées à une survie similaire chez les patients atteints d’une maladie positive au VPH (rapport de risque [RR] : 0,93 ; P = 0,71) et chez ceux atteints d’une maladie négative au VPH (RR : 0,75 ; P = 0,15).

Protocole de l’étude

  • 2 164 patients atteints d’un CEOP, issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database), sans marges positives ou extension extracapsulaire, mais qui présentaient au moins 1 caractéristique de risque intermédiaire (une maladie de stade pT3–T4, au moins 2 ganglions lymphatiques positifs, une maladie ganglionnaire de niveau IV/V et/ou une invasion lymphovasculaire) et qui ont fait l’objet d’une chirurgie suivie d’une RTa ou d’une RCTa, ont été analysés.
  • 72,7 % des patients étaient positifs au VPH.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude rétrospective utilisant une vaste base de données.