Cancer de l’oropharynx : l’envahissement extracapsulaire est lié à une mauvaise survie chez les patients atteints de tumeurs p16-.

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • L’envahissement extracapsulaire (EEC) des ganglions métastatiques est associé à une survie réduite chez les patients atteints de carcinome épidermoïde de l’oropharynx (CEOP) p16- et les patients atteints de carcinome primitif de site inconnu (CPSI), mais pas chez les patients présentant des tumeurs p16+.

Conception de l’étude

  • L’incidence/étendue de l’EEC ainsi que ses associations avec les résultats de survie selon le statut p16 ont été analysées chez 62 patients atteints d’un CEOP et 21 d’un CPSI.

Principaux résultats

  • L’EEC a été associé de manière significative à une survie sans récidive (SSR) et à une survie spécifique à la maladie (SSM) réduites dans l’ensemble de la cohorte de patients (RR : 6,5 [IC à 95 % : 2–21,6] et RR : 8,3 [IC à 95 % : 2–35,3] respectivement).
  • L’EEC a été associé de manière significative à une moindre SSR chez les patients aux tumeurs p16- (RR : 9,7 [IC à 95 % : 1,3–72,3]), mais pas chez les patients aux tumeurs p16+ (RR : 1,1 [IC à 95 % : 0,2–7,8]).
  • L’EEC a été associé de manière significative à une moindre SSM chez les patients aux tumeurs p16- (RR : 8,7 [IC à 95 % : 1,1–62,7]), mais pas chez les patients aux tumeurs p16+ (RR : 1,2 [IC à 95 % : 0,1–18,7]).

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que l’EEC soit un indicateur pronostique bien connu dans le cancer de la tête et du cou, ses effets sur le CEOP associé au virus du papillome humain sont mal compris.