Cancer de l’œsophage métastatique avancé : le pembrolizumab s’avère prometteur dans le cadre de l’essai KEYNOTE-180 de phase II

  • Shah MA & al.
  • JAMA Oncol
  • 20 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le pembrolizumab, un inhibiteur du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death Ligand 1, PD-L1), présente un taux de réponse objective (TRO) global de 9,1 %, avec une toxicité gérable, dans le cas du cancer de l’œsophage métastatique avancé lourdement prétraité, dans le cadre d’un essai de phase II.
  • Le TRO était plus élevé chez les patients atteints d’un carcinome œsophagien épidermoïde (COE) métastatique avancé que chez les patients atteints d’un adénocarcinome métastatique avancé de l’œsophage et de la jonction gastro-œsophagienne.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les options thérapeutiques sont rares pour le COE et les adénomes métastatiques avancés.
  • Un essai de phase III est en cours sur le pembrolizumab.

Protocole de l’étude

  • L’essai KEYNOTE-180 de phase II, à bras unique, multicentrique, a été mené sur des patients (n = 121) atteints d’un cancer de l’œsophage métastatique avancé ayant progressé après au moins deux lignes de traitement systémique.
  • Le TRO, qui était le critère d’évaluation principal, a été évalué selon les critères RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors, Critères d’évaluation de la réponse dans les tumeurs solides) par revue centralisée de l’imagerie.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 5,8 mois.
  • 47,9 % des patients présentaient des tumeurs PD-L1+.
  • Parmi tous les patients, le TRO était de 9,9 % (IC à 95 % : 5,2–16,7 %), avec un délai médian de réponse de 4,1 mois, mais les résultats variaient selon les sous-groupes :
    • patients atteints d’un COE : TRO de 14,3 % (IC à 95 % : 6,7–25,4 %) ;
    • patients atteints d’un adénocarcinome : TRO de 5,2 % (IC à 95 % : 1,1–14,4 %) ;
    • patients PD-L1+ : TRO de 13,8 % (IC à 95 % : 6,1–25,4 %) ; et
    • patients PD-L1− : TRO de 6,3 % (IC à 95 % : 1,8–15,5 %).
  • 12,4 % des patients ont présenté des événements indésirables liés au traitement de grade 3 à 5, avec un décès de pneumopathie inflammatoire.

Limites

  • Conception en ouvert et à bras unique.