Cancer de l’œsophage : la dissection des ganglions lymphatiques cervicaux ne présente aucun bénéfice

  • Koterazawa Y & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 11 juin 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse rétrospective d’une cohorte japonaise a montré que la dissection des ganglions lymphatiques cervicaux au cours de l’œsophagectomie thoracoscopique était associée à des complications postopératoires accrues, sans aucun bénéfice en termes de survie, chez les patients atteints d’un cancer de l’œsophage.

Pourquoi est-ce important ?

  • La dissection des ganglions lymphatiques cervicaux est fréquemment réalisée au cours de ces procédures, mais ses bénéfices demeurent controversés.

Protocole de l’étude

  • Un appariement selon les scores de propension a été réalisé auprès de 162 patients ayant fait l’objet d’une dissection des ganglions lymphatiques sur 2 (stations médiastinales et abdominales) ou 3 (stations cervicales, médiastinales et abdominales) champs ganglionnaires.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été observée entre les deux groupes en ce qui concerne le taux de fuites anastomotiques ou de complications pulmonaires.
  • Le groupe avec dissection de 3 champs ganglionnaires présentait un taux plus élevé de paralysie du nerf laryngé récurrent (26 % contre 14 % ; P = 0,046).
  • La SG était similaire entre les groupes avec dissection de 3 ou 2 champs ganglionnaires (suivi médian : 43 et 37 mois, respectivement ; P = 0,62) :
    • SG à 3 ans : 70 % contre 67 % ;
    • SG à 5 ans : 65 % contre 60 %.
  • Une récidive au niveau des ganglions sus-claviculaires est survenue chez 4 % des patients du groupe avec dissection de trois champs ganglionnaires, et chez 7 % du groupe avec dissection de deux champs ganglionnaires.

Limites

  • Analyse rétrospective.
  • Population japonaise.