Cancer de l’estomac : la gastrectomie laparoscopique s’avère avantageuse après une CTNA

  • Li Z & al.
  • JAMA Surg
  • 25 sept. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La gastrectomie distale assistée par laparoscopie (GDAL) entraîne moins de complications et permet d’obtenir un meilleur taux d’achèvement de la chimiothérapie adjuvante que la gastrectomie distale ouverte (GDO), chez les patients ayant reçu une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) dans le cadre d’un cancer gastrique localement avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les avantages de la GDAL sur la GDO en termes de complications postopératoires pourraient être plus importants en contexte néoadjuvant.
  • La fibrose et les cicatrices qui accompagnent une CTNA réussie peuvent être associées à un risque chirurgical.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II a été mené en ouvert auprès de 96 patients traités par CTNA, puis affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’une GDAL ou d’une GDO, associées à une exérèse des ganglions lymphatiques D2.
  • Financement : Commission municipale des sciences et des technologies de Pékin.

Principaux résultats

  • Une analyse de la population telle que traitée a révélé une fréquence plus faible de complications postopératoires à 30 jours dans le groupe GDAL (20 % contre 46 % ; P = 0,007). Cet effet a persisté après une correction (rapport de cotes [RC] : 0,15 ; P = 0,001).
  • Les douleurs postopératoires étaient plus faibles dans le groupe GDAL, telles que mesurées à l’aide du score de l’échelle visuelle analogique postopératoire de la douleur (1,2 unité de moins ; P = 0,008).
  • Le groupe GDAL était plus susceptible de terminer plus d’un cycle de chimiothérapie adjuvante (RC corrigé [RCc] : 4,39 ; P = 0,003).
  • Le groupe GDAL était moins susceptible d’arrêter la chimiothérapie adjuvante en raison d’événements indésirables (22 % contre 42 % ; P = 0,04).

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Population chinoise.