Cancer de l’endomètre : un traitement hormonal préservant la fertilité n’affecte pas la survie

  • Cancer

  • Par Roxanne Nelson, RN
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
À retenir
  • L’utilisation d’un traitement hormonal (TH) pour préserver la fertilité chez les jeunes femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre précoce ne semble pas réduire de manière appréciable la survie à long terme.
Pourquoi est-ce important ?
  • Ces résultats fournissent des données probantes scientifiques de la supposition actuelle selon laquelle un TH préservant la fertilité « confère seulement un très petit risque » à des patientes sélectionnées.
Conception de l’étude
  • Étude rétrospective de base de données ayant inclus 6 339 femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre de faible grade et âgées de moins de 45 ans, qui ont été identifiées à partir de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER) entre 1993 et 2012.
  • Financement : aucun.
Principaux résultats
  • Une augmentation des décès spécifiques au cancer de l’endomètre a été observée chez les patientes ayant reçu un TH, par rapport à l’ensemble des patientes traitées principalement par chirurgie ; le taux de décès à 15 ans pour les patientes sous TH était huit fois plus élevé que pour la sous-cohorte appariée selon le score de propension (ASP) (1,09 %).
  • Lorsque l’analyse était restreinte aux tumeurs endométrioïdes de grade 1, le taux de mortalité à 10 ans était de 15,67 % pour les patientes sous TH et de 7,83 % pour la sous-cohorte ASP.
  • La survie n’était pas différente sur le plan statistique entre les groupes de traitement lorsqu’une définition plus large était utilisée pour les décès attribuables au cancer de l’endomètre ou pour la mortalité, toutes causes confondues.
  • La survie à long terme pour cette population est excellente ; les taux de SG à 10 et à 15 ans dépassent 90 %, quel que soit le traitement primaire.
Limites
  • Effet de confusion possible en raison de caractéristiques non mesurées (IMC et parité).