Cancer de l’endomètre : les taux de survie restent élevés malgré une réduction du recours à la lymphadénectomie

  • Forsse D & al.
  • Gynecol Oncol
  • 11 déc. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre, la stratification individualisée basée sur le risque a entraîné une réduction significative du taux de lymphadénectomie.
  • Un traitement adjuvant sans radiothérapie est possible avec un maintien de la survie et est associé à une amélioration de la survie chez les patientes atteintes d’une maladie de stade III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude suggère que le fait de ne pas administrer une radiothérapie adjuvante et de privilégier une chimiothérapie seule n’aggrave pas les résultats chez les patientes à haut risque.

Méthodologie

  • 1 308 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre ont fait l’objet d’un traitement primaire entre 2001 et 2019.
  • Financement : Helse Vest ; Université de Bergen ; Société norvégienne du cancer.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 49 mois.
  • Le taux de lymphadénectomie est passé de 78 % pour la période 2001–2012 à 53 % pour la période 2013–2019 (P 
  • Pour la période 2010–2019, par rapport à la période 2001–2009, la proportion de :
    • patientes recevant une radiothérapie adjuvante est passée de 12 % à 1 % (P 
    • patientes recevant une chimiothérapie adjuvante est passée de 10 % à 31 % (P 
    • patientes présentant une maladie de stade III (selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique [FIGO]) complètement réséquée et recevant une chimiothérapie adjuvante est passée de 27 % à 95 % (P 
  • Une amélioration significative a été observée chez les patientes présentant une maladie de stade III complètement réséquée dans le cadre de :
    • la survie globale (SG) à 5 ans (rapports de risque [RR] :
      • 0,49 pour la période 2001–2009, contre 0,61 pour la période 2010–2019 [P = 0,04]) ;
    • la survie sans récidive à 5 ans (RR :
      • 0,51 pour la période 2001–2009, contre 0,71 pour la période 2010–2019 [P = 0,03]).

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.