Cancer de l’endomètre : la TEP/TDM préopératoire n’est pas fiable dans le cadre de la détection d’une maladie extra-utérine

  • Stewart KI & al.
  • Cancer
  • 21 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une tomographie par émission de positrons (TEP)/TDM préopératoire ne permet pas de détecter les ganglions lymphatiques positifs et la maladie métastatique chez plus de la moitié des patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre à risque élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que la TEP/TDM préopératoire n’est pas un outil primaire fiable pour l’évaluation préopératoire initiale, la stadification ou la planification de la chirurgie.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 108 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre à risque élevé nouvellement diagnostiqué, qui ont fait l’objet d’une TEP/TDM préopératoire suivie d’une intervention chirurgicale entre 2013 et 2016.
  • Critère d’évaluation : le taux de détection des ganglions lymphatiques positifs et de la maladie péritonéale.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health) ; Programmes de recherche spécialisés sur le cancer utérin de l’Institut national du cancer (National Cancer Institute Specialized Programs of Research Excellence in Uterine Cancer).

Principaux résultats

  • D’après la TEP/TDM, 19,4 % des patientes présentaient une maladie extra-utérine, 17 % présentaient des ganglions lymphatiques positifs et 7 % présentaient une maladie péritonéale.
  • 95 % des patientes ont fait l’objet d’une exérèse des ganglions lymphatiques pelviens et para-aortiques.
  • En ce qui concerne les ganglions lymphatiques et la maladie péritonéale, respectivement, la TEP/TDM a montré :
    • une sensibilité de 45,8 % et 37,5 % ;
    • une spécificité de 91,1 % et 97,8 % ;
    • une valeur prédictive positive de 61,1 % et 75 % ;
    • une valeur prédictive négative de 84,7 % et 90,0 % ;
    • un taux de résultats faux négatifs de 54,2 % et 62,5 %.

Limites

  • Étude monocentrique.