Cancer de l’endomètre : la RCT est supérieure à la RT en traitement adjuvant dans le cadre de la maladie de grade 3, selon une étude canadienne

  • Albeesh R & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 22 nov. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade III confiné au bassin, la radiochimiothérapie (RCT) est supérieure à la radiothérapie (RT) en traitement adjuvant en termes de SG dans le cadre de la maladie de grade 3.
  • La maladie de grade 3 a été associée de manière significative à de moins bons résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prise en charge adjuvante optimale n’est toujours pas clairement établie dans cette population.

Protocole de l’étude

  • 144 patientes diagnostiquées d’un cancer de l’endomètre de stade IIIA, B ou C1 qui ont fait l’objet d’une résection chirurgicale suivie d’un traitement adjuvant par RT, RCT, chimiothérapie ou n’ayant reçu aucun autre traitement.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane de 61 mois.
  • Les patientes traitées par RT seule, par rapport à la RCT, ont démontré des résultats similaires pour :
    • le taux de SG à cinq ans : 67 % contre 61 % (P = 0,546).
    • le taux de SSM à cinq ans : 67 % contre 51 %.
    • le taux de survie spécifique à la maladie (SSpM) à cinq ans : 76 % contre 65 %.
  • La maladie de grade 3 a montré une association significative à une moins bonne SG (RR : 6,01 ; P = 0,001), la SSM (RR : 3,16 ; P = 0,03) et la SSpM (RR : 3,77 ; P = 0,02).
  • Chez les patientes atteintes d’une maladie de grade 3 (n = 49), le taux de SG à 5 ans était significativement plus élevé avec la RCT adjuvante qu’avec la RT adjuvante (56 % contre 42 % ; P = 0,007).
  • Des toxicités aiguës de grade 3–4 ont été diagnostiquées chez 6 % et 35 % des patientes traitées par RT adjuvante et RCT adjuvante, respectivement.

Limites

  • Conception rétrospective.