Cancer de l’endomètre : l’hystérectomie radicale engendre une SG moins favorable dans le cadre de la maladie de stade II

  • Nasioudis D & al.
  • Gynecol Oncol
  • 20 févr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade II qui font l’objet d’une hystérectomie radicale, comparativement à une hystérectomie simple, sont hospitalisées plus longtemps et présentent une mortalité à 90 jours plus élevée, sans bénéfice de survie.
  • La survie est supérieure chez les patientes qui font l’objet d’une radiothérapie adjuvante.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations préconisent l’hystérectomie simple comme une alternative à l’approche radicale.

Protocole de l’étude

  • 7 552 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade II (âge médian : 63 ans) ont fait l’objet d’une hystérectomie radicale ou simple entre 2004 et 2015.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 10,5 % des patientes ont fait l’objet d’une hystérectomie radicale.
  • Durée de suivi médiane : 60,94 mois dans le groupe hystérectomie radicale, et 60,68 mois dans le groupe hystérectomie simple.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la survie globale (SG) entre les groupes (P = 0,62).
  • Les patientes qui faisaient l’objet d’une hystérectomie radicale étaient hospitalisées plus longtemps (durée médiane : 3 jours, contre 2 jours ; P 
  • Une amélioration significative de la SG a été observée chez les patientes ayant fait l’objet d’une radiothérapie adjuvante, comparativement à celles n’ayant reçu aucune radiothérapie (P 
  • La SG était significativement plus élevée chez les patientes ayant fait l’objet d’une hystérectomie simple associée à une radiothérapie adjuvante (rapport de risque [RR] : 0,72 ; IC à 95 % : 0,56–0,92), par rapport à celles ayant fait l’objet d’une hystérectomie radicale sans radiothérapie adjuvante.

Limites

  • Données rétrospectives.
  • Erreurs possibles de classification des tumeurs.
  • Les indications individuelles et les justifications relatives à l’administration d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie adjuvantes n’ont pas été recueillies.