Cancer de l’endomètre : l’ajout de trastuzumab prolonge la survie dans le cadre d’un type rare de cancer

  • Fader AN & al.
  • Clin Cancer Res
  • 29 juin 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les femmes atteintes d’un carcinome séreux utérin de stade III–IV ou récidivant à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2)/neu positif, l’ajout de trastuzumab à l’association carboplatine et paclitaxel a entraîné une amélioration significative de la survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network) a recommandé l’association chimiothérapie/trastuzumab comme traitement à privilégier dans ce contexte, en s’appuyant sur les données de survie sans progression (SSP) préliminaires.

Méthodologie

  • Il s’agit d’une mise à jour de l’analyse d’un essai randomisé de phase II.
  • 61 patientes atteintes d’un carcinome séreux utérin de stade III–IV ou récidivant ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir l’association carboplatine et paclitaxel avec ou sans trastuzumab, suivie d’un traitement d’entretien par trastuzumab jusqu’à la survenue d’une progression ou d’une toxicité.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 25,9 mois.
  • 43 progressions et 38 décès ont été rapportés chez 58 patientes évaluables.
  • Le trastuzumab a prolongé de manière significative la SSP médiane :
    • Dans l’ensemble : 12,9 mois, contre 8,0 mois (rapport de risque [RR] : 0,46 ; P = 0,005).
    • Maladie de stade III–IV : 17,7 mois, contre 9,3 mois (RR : 0,44 ; P = 0,015).
    • Maladie récidivante : 9,2 mois, contre 7,0 mois (RR : 0,12 ; P = 0,004).
  • Une amélioration significative de la survie globale (SG) a été observée dans le groupe avec ajout de trastuzumab :
    • Dans l’ensemble : 29,6 mois, contre 24,4 mois (RR : 0,58 ; P = 0,046).
    • Maladie de stade III–IV : non atteinte, contre 24,4 mois (RR : 0,49 ; P = 0,041).
    • Aucun bénéfice significatif de SG associé au trastuzumab n’a été observé chez les patientes atteintes d’une maladie récidivante.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la toxicité entre les deux groupes (P = 0,49).

Limites

  • Petite taille de l’échantillon.