Cancer de l’endomètre : l’ajout de la radiothérapie à la chimiothérapie adjuvante apporte un bénéfice dans le cadre de la maladie de stades III–IVA

  • Xiang M & al.
  • Gynecol Oncol
  • 27 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de la radiothérapie externe (RTE) pelvienne à la chimiothérapie adjuvante permet d’obtenir un bénéfice de survie modeste chez les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stades III–IVA.
  • Le bénéfice de SG était significatif chez les patientes atteintes d’une maladie endométrioïde de stade IIIC2 ou d’une maladie non endométrioïde de stade IIIB-C.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent une hétérogénéité chez ces patientes et pourraient permettre d’identifier les personnes les plus susceptibles de retirer un bénéfice du traitement à modalités combinées.

Protocole de l’étude

  • 13 270 patientes atteintes d’un carcinome endométrial, de stade III-IVA selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (FIGO), ont fait l’objet d’une hystérectomie totale et d’une chimiothérapie adjuvante au cours de la période 2004–2016.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 3,7 ans.
  • 43 % des patientes ont fait l’objet d’une RTE pelvienne.
  • Patientes atteintes d’une maladie endométrioïde : l’association RTE et chimiothérapie a démontré un avantage en termes de SG, comparativement à la chimiothérapie seule, à l’analyse univariée (77 % contre 72 % ; P 
  • Une amélioration significative de la SG a été observée dans le cadre de la maladie de stade IIIC2 (RR : 0,73 ; P = 0,01).
  • Le bénéfice de la RTE a persisté chez les patientes chez qui plus de 15 ganglions lymphatiques ont été retirés (RRc : 0,65 ; P = 0,01) ou chez qui au moins 5 ganglions para-aortiques ont été retirés (RRc : 0,56 ; P = 0,002).
  • Patientes atteintes d’un cancer non endométrioïde : la RTE a entraîné une amélioration de la SG à l’analyse univariée (57 % contre 48 % ; P 
  • L’avantage en termes de SG a été observé chez les patientes atteintes d’une maladie de stade IIIB (RRc : 0,52 ; P = 0,01) ou IIIC (RRc : 0,79 ; P 
  • Le bénéfice de la RTE a persisté chez les patientes chez qui plus de 15 ganglions lymphatiques ont été retirés.
  • Limites

    • Étude observationnelle.