Cancer de l’endomètre : l’ajout de bévacizumab ne permet pas de prolonger la survie

  • Lorusso D & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 30 oct. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre, l’ajout de bévacizumab à une chimiothérapie standard suivie d’un traitement d’entretien par bévacizumab ne permet pas de prolonger la survie, comparativement à une chimiothérapie standard.
  • Le bévacizumab était associé à des toxicités cardiovasculaires plus élevées et à des arrêts du traitement liés aux toxicités.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le taux de mortalité a presque doublé au cours des 20 dernières années.
  • Des études antérieures ont rapporté un bénéfice de survie sans progression (SSP) avec le bévacizumab en contexte clinique.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II MITO END-2 a été menée auprès de 108 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre avancé (stades III-IV selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique [FIGO]) ou récidivant, qui ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir :
    • l’association carboplatine et paclitaxel seule, ou
    • du bévacizumab combiné à l’association carboplatine et paclitaxel, suivi d’un traitement d’entretien par bévacizumab.
  • Critère d’évaluation principal : la SSP.
  • Financement : Roche.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 60 mois.
  • Dans le groupe chimiothérapie et bévacizumab, comparativement au groupe chimiothérapie seule :
    • La SSP médiane était de 10,5 mois, contre 13,7 mois (rapport de risque [RR] : 0,84 ; P = 0,43).
    • La SG médiane était de 40,0 mois, contre 29,7 mois (RR : 0,71 ; P = 0,239).
    • Le taux de réponse objective était de 74,4 %, contre 53,1 %.
  • Les patientes du groupe bévacizumab ont rapporté une incidence plus élevée :
    • des événements indésirables graves (16 contre 7) ;
    • des arrêts du traitement liés aux toxicités (18 % contre 4 % ; P 
    • de thrombose artérielle et veineuse de grade supérieur ou égal à 3 (11 % contre 2 %).

Limites

  • Protocole en ouvert.